Août 2010

Au début de l’août, nous faisions notre troisième voyage de formation en Bolivie. Après plusieurs escales et une durée de voyage d’environ 35 heures, nous arrivions fatiguées à La Paz dans la soirée. À cause de la coulisse extraordinaire de La Paz avec ses cent milles lumières, nous nous réveillions de notre léthargie. Mais nous étions très reconnaissant de tomber dans notre lit d’hôtel avec mal à la tête. Aussi le prochain jour était difficile pour nous. Nous avions encore mal à la tête à cause de la différence de hauteurs à 3 600 m. Mais nous avions en mesure de garder cette difficulté sous contrôle et nous étions épargnées cette fois par nausée et vomissement.

Pour la préparation de notre vacance, nous prenions notre médecine « Ferrum Phosphoricum D6 » chaque jour et 4 semaines avant le voyage. Ainsi, la production de globules rouges est animée.

Nous étions en mesure de travailler toute de suite le premier jour. Jusqu’à notre weekend d’enseignement, les 3 jours étions complétés pour préparer le cours, procurer et retravailler des dossiers médicaux. Dans l’après-midi du troisième jour nous traitions le premier patient. Il y a beaucoup de travail à faire pour les premiers jours suivants à cette altitude.

Il est encore trop tôt pour donner une évaluation sûre. Mais pendant les premiers jours, nous étions convaincues de faire cette expérience.  

Puis nous commencions déjà avec notre premier weekend d’enseignement. 3 complets, nouveaux étudiants participaient encore une fois notre cours. Heureusement, ils étaient déjà introduisaient raisonnablement. Par conséquent, ce n’était pas notable. Mais après 3 autres personnes voulaient aussi participer l’entraînement le deuxième weekend, nous demandions de fermer le cours. Il fallait apprendre toute la matière avec une grande difficulté mais également notre capacité de la formation pratique était limitée. Maintenant, nous avions un totale de 34 étudiants sur la liste et environ 30 d’entre eux étaient fiables. Il était trop risqué pour nous d’enseigner tous les personnes intéressées. Nous imaginons un entraînement ce qui est toute autre chose que chaque participant traite seulement un patient par an.

Nous avions comme toujours le plaisir d’enseigner à La Paz. La plupart d’entre eux étaient préparés très bien. L’atmosphère de travail était avec une haute concentration. Au cours du semestre au début de l’entrainement, nos participants avaient formés deux groupes de travail où ils avaient en mesure d’approfondir et récupérer la matière appris.  

Cette fois-ci, les étudiants demandaient faire un test. Les résultats étaient tout à fait bien pour lesquels qui étaient organisés dans un groupe de travail. Mais tout le monde ne pouvait pas participer dans un groupe de travail parce que certains avaient un bon chemin pour aller chez nous. Par conséquent, leur résultat avait plus mauvaise que les autres. Nous reconnaissions clairement que tout le monde comprenait l’importance qu’il faut d’apprendre et approfondir indépendamment ou dans l’équipe. Pendant la semaine, nous enseignions dans la formation pratique chaque jour. Presque tous les étudiants procédaient une anamnèse pour une fois dans les deux semaines. La performance de l’organisation était grandiose dans un pays où on manie des rendez-vous convenus tout différemment qu’en Allemagne. – Toutefois les étudiants, les patients, les traducteurs et nous voulions aller avec notre horaire.  

En fonction du niveau de performance, nos étudiants déjà procédaient l’anamnèse autant que possible indépendamment ou par notre assistance. Il en allait de même de l’élaboration et répertorisation. Certains d’entre eux déjà faisaient cette activité avec une surprenante souveraineté et nous discutions ensuite leurs résultats avec eux.

Une part considérable des cases était des maladies rhumatismales dans toutes les variantes. Il n’est pas rare avoir le rhumatisme à l’âge de 30 ans. La température très basse exige son tribut au fil des ans. Mais aussi en saison chaude dans les Andes, il fait extrême froid dans la nuit et nous n’avons jamais vue un chauffage en Bolivie.  

Le dernier jour à La Paz, il y avait une surprise pour nous : La fête du sacrifice sur la rue Sagarnaga. Là, on immole des sacrifices d’encens. Ensuite, on sert du repas sur des couvertures longues sur la rue et tout le monde est invité pour la fête. C’était un bel adieu impressionné de La Paz.  

Le Lundi, nous partions très tôt le matin à l’aéroport. Nous avions derrière nous un totale de 3 weekends d’enseignements avec plus de 50 patients et seulement 1 ½ jours congés. C’était parfois aussi 3 semaines très fatigantes et complétées. En janvier le prochain groupe va à La Paz pour continuer la formation. Nous avons déjà très envie de savoir leurs expériences.  

Edith Waldenmaier-Daon

Ursel Lessmann  

Soutenez-nous !!

Chaque donation aide !

Donner

Information sur le pays

La surface:

                            1 098 581 km2

Le nombre d’habitants:

10 millions

La densité de population:

9,7 habitants/ km2

Langue officielle :

Espagnol et 36 langues indigènes

Espérance de vie des femmes:

67 ans

Espérances de vie des hommes :

64 ans