Avril 2011

Après le voyage était périlleux à cause d’éruption volcanique islandais en mai de l’an dernier et du chaos lequel la neige causait en janvier, Anke et moi, nous arrivons bien et sans encombre à La Paz cette fois. Nous sommes reçues du soleil magnifique et de l’air frais et pur typique. Maintenant à la fin de la saison des pluies, l’environnement était incroyablement vert.  

Nous apprenons qu’à la périphérie de La Paz, il y a un glissement de terrain où environ 1 000 maisons sont glissées à cause des fortes pluies. Grâce à une bonne préparation, pas de personne est endommagée, parce que les Boliviens sont très bien organisés. On avait mis des tentes, des couvertures, du vêtement et du repas à la disposition d’eux.  

Après un jour de l’acclimatation, nous visitons le musée du Coca et rencontrons Henry, l’organisateur et Lea, la traductrice.

La salutation avec des étudiants est tout à fait cordiale. En attendant, l’organisation de groupe d’étudiants marche si bien que nous n’avons plus de besoin de nous charger des salles de cours et de formation pratique. C’est une grande libération des tâches organisées et un soulagement pour nous, parce que nous nous pouvons consacrer complètement de notre cours.  

Jusqu’à présent, la formation d’accompagnement à la médecine conventionnelle n’a pas encore commencé pour les participantes du cours. Nous disons encore clairement pour une fois qu’il est absolument nécessaire de savoir les bases de l’anatomie, physiologie et pathologie.

Sans cette connaissance de base, il est impossible à faire un bon traitement homéopathique et nous soulignons que sans base fondamentale dans ces matières, nous ne sommes pas en mesure d’exposer des certificats à la fin de cours.

On agit après notre demande. À la fin de notre séjour, la formation à la médecine conventionnelle est organisée dans le groupe. Deux de notre participantes sont médecins. Yvonne répète tout de suite toute la matière homéopathique chaque deuxième samedi dans la matinée et Sandra transmit la base à la médecine conventionnelle dans l’après-midi. Le premier samedi de formation à la médecine conventionnelle, presque tous les étudiants sont présents. Nous étions impressionnées à nouveau de l’assistance mutuelle dans le cours et dans le groupe d’étude.  

Le deuxième weekend, nous faisons un examen intermédiaire. Cela sert de l’auto-évaluation et doit montrer à nous et aussi aux étudiants où chacun entre eux se trouve et la matière qu’on doit encore récupérer. Nous constatons toujours clairement des différences dans le savoir-faire de l’homéopathie entre des étudiants et groupes d’étude. Pas tout le monde a autant de temps à approfondir les choses qu’ils ont apprises. Et nous remarquons aussi des déficits des étudiants qui attendent  plus tard en dépit de l’assistance mutuelle dans les groupes d’étude.  

Le cours est de nouveau très vivant et avec beaucoup de bonnes questions. On pose rarement des questions de compréhension. La plupart des questions qui montre une bonne faculté pour l’homéopathie. Elles sont continuées et approfondissent le cours. Le plaisir dans le cours ne manque pas.  

On présente un spectacle sur les médicaments Nux Vomica et Lycopodium ce qui est cinématique et drôle.  

Dans la formation pratique, il y a une très grande demande des patients et nos rendez-vous sont attribués en un clin d’œil. Nous recevons beaucoup de bonnes réactions. Le cas d’un jeune homme est particulièrement impressionnant. Il était déjà fortement restreint dans la joie de vivre et dans le mode de vie par des problèmes de concentration, du tremblement et de la faiblesse. En attendant, il va fortement déjà mieux, c’est-à-dire seulement ses pieds tremblaient encore quelquefois mais il se sent fortement mieux concernant les relations avec ses amis. Il est en mesure de participer à la vie quotidienne.  

Un à trois étudiants participent aux traitements chaque fois, vivent l’effet positif de l’homéopathie et font des exercices pratiques ce que ils déjà ont appris en théorie. La prochaine fois, les participantes feront l’attribution des rendez-vous et l’organisation de la pratique eux-mêmes. Ainsi, il reste plus de temps pour la discussion des traitements individuels avec les étudiants.

Le deuxième dimanche de notre voyage est le 10. avril (c’est l’anniversaire d’Hahnemann). Nous décidons de célébrer cet après-midi un rituel de l’anniversaire d’Hahnemann, le projet et la situation mondiale sur une montagne hors de La Paz. Ce sont des sacrifices et des désirs à « Pacha Mama ». La spirale de sacrifice est faite pendant que chaque participant dépose successivement son sacrifice qu’il a apporté et exprime sa demande personnelle en plus. Nous sommes surprises que la plupart des participantes souligne dans leurs désirs l’importance d’apprendre de l’homéopathie. Elles sont très reconnaissantes pour ça et que l’organisation HOG est responsable de cette activité. C’est très impressionnant. Nous sommes bien conscientes qu’ils sont très intéressées d’apprendre et que le cours est bien organisé et que nos participantes du cours prennent la formation au sérieux. Mais seulement par ce rituel, nous apprenons l’importance de faire cette formation et l’estime de chaque personne.  

Nous rentrons très positivement en Allemagne avec la sensation que le groupe s’est consolidé et qu’il existe une bonne chose à La Paz.  

Anke Glossner et Edeltraud Snajdr  

Soutenez-nous !!

Chaque donation aide !

Donner

Information sur le pays

La surface:

                            1 098 581 km2

Le nombre d’habitants:

10 millions

La densité de population:

9,7 habitants/ km2

Langue officielle :

Espagnol et 36 langues indigènes

Espérance de vie des femmes:

67 ans

Espérances de vie des hommes :

64 ans