Mars et Avril 2012

Grâce aux mains diligentes le nouveau cabinet médical est installé

Les nouveaux cabinets médicaux à La Paz

Après nous sommes arrivées à La Paz et avons fait de l’acclimatation comme toujours, nous faisons le premier tour dans le quartier : Nous regardons la ville, demandons des renseignements, ramassons le téléphone portable de projet, faisons beaucoup de récréations parce que nous ne sommes pas encore en forme.

Nous visitons tout de suite le nouveau cabinet de médical. Il est aussi dans le bâtiment de syndicat d’artisan d’art. Mais les murs nécessitent des travaux de rénovation et il y a un parquet usé témoigne par sa magnificence ancienne. Le grand avantage : Les frais de logement sont si moins que les étudiantes pourraient porter eux-mêmes.

Le premier jour d’enseignement

Au premier exercice de cas, les étudiantes sont tout à fait avec succès en choisissant des symptômes et leur pondération. On manque toutefois la transformation en langue du répertoire.  

À midi, nous faisons de la dynamique de groupe :  

Comment suis-je dans le cours ?  

Où sont mes faiblesses, mes insuccès et mes succès dans l’homéopathie ?  

De quoi ai-je besoin d’assistance ?  

Ce sont les questions auxquelles nous faisons une séance.

Le prochain jour, les étudiantes font des présentations sur les médicamentes homéopathique contre les infections urinaires. Tout le monde est bien préparé. Erika a un petit vidéo-projecteur et Graciela un script qu’elle déplie pendant la présentation. Sur le script, il y a le smiley souriant et triste pour amel. (=amélioré) et agg. (=aggravé). C’est une très bonne présentation.

Après un peu de jours de formation pratique expérimentée, auxquels nous sentons les jours froids et l’absence du chauffage jusqu’aux os, nous avons une visite dans l’hôpital chez une femme qui est gravement maladie (une sœur l’une de nos étudiantes). Après le dernier traitement, elle pouvait être sans appareil respiratoire pour 20 heures pendant certains jours. Quand même sa maladie progresse encore et encore et quand elle exprime qu’elle veut partir d’ici, nous parlons prudemment, car il y a la certitude dans la salle. Elle ne vit plus longtemps. Nous l’embrassons fortement. Nous nous promenons encore avec sa sœur et parlons sur le fait de mourir et le mort.

Le deuxième weekend d’enseignement, nous distribuons 30 médicaments homéopathiques importants avec la puissance C 30, que nous recevions dans des sacs multicolores qu’un artisan d’art les a cousus. Les sacs étaient sous forme de don déjà depuis longtemps de l’entreprise Remedia.  

Maintenant, les étudiants sont en forme avec le traitement et donc nous passons à l’action : Nous pouvons leur remettre leurs premières pharmacies pour le traitement. Des visages radieux sont autour de nous.  

La prochaine semaine, le temps file avec la formation pratique et la réunion de planification avec notre fondation partenaire bolivienne pour San Borja.  

Nous faisons un peu de nouvelles anamnèses et nous concentrons sur l’observation des étudiantes chez les anamnèses complémentaires, auxquelles elles apportent les patients qu’elles ont médicalisés.  

Nous allons à El Alto chez deux patients qui peuvent quitter la maison avec des difficultés. Il y a des bonnes nouvelles : Notre enfant qui est médicalisé depuis longtemps de nous et qui avait souffert de la lésion cérébrale à la naissance, peut enfin marcher. 

L’adieu de Maria Eugenia

À Pâques, nous faisons une excursion au bord de Salar de Uyuni que nous avons poursuivi depuis longtemps. Nous voyons purement la mer fermée où se trouve Natrium muriaticum (notre chlorure de sodium) et aussi le parc national avec ses lagunes et flamants magnifiques, la haute montagne avec ses volcans ainsi que les forces de la nature impressionnées.  

Au retour, nous recevons un SMS : La sœur de Graciela est morte et nous sommes invitées à l’enterrement.

Nous fonçons en ville pour acheter un bouquet de fleurs et sommes en taxi dans l’embouteillage d’une heure. Les médecins bloquent aujourd’hui le centre-ville à cause de conditions de travail terribles.  

Dans une maison funèbre les funérailles ont lieu. Après les funérailles, quelques proches des membres de la famille arrosent le cercueil avec un œillet blanc qui est plongé dans l’eau bénite. On nous fait signe par tout à fait derrière pour bénir aussi le cercueil.  

Nous sommes très impressionnées par ce geste. Maria Eugenia dort dans un cercueil blanc avec une fenêtre. Derrière le cercueil, il y a le drapeau cubain, du pays où elle s’est sentie si bien pendant ses études. Devant les gens, il y a des feuilles de coca sur une petite table. Le tout en mer de fleurs gigantesque. Un Adieu magnifique.    

Notre nouveau projet à San Borja dans la province El Beni

Ce voyage nous apporte une nouvelle activité :  

Nous continuerons la projection à San Borja/Pampas. Il y a une nouvelle zone climatique, une nouvelle culture avec des expériences complètement nouvelles.

Le prochain matin, nous partons à San Borja avec deux personnes de la fondation et nous les deux en jeep. À cause du changement climatique et de la saison des pluies prolongée il y a partiellement du chantier et des aventures dans la rue.

Le prochain jour, nous allons à la station de radio HOREB qui envoie des nouvelles pour la population indigène des Comunidades. Rosario, un membre de la fondation, nous a invitées à un workshop sur questions de droit et elle nous a annoncées. Nous avons une traduction à Tsimane et j’ai le plaisir de présenter l’homéopathie et notre projet pour une heure.  

Ce que nous avons éprouvé, vous voyez dans le rapport de voyage de San Borja/ El Beni…  

Après le retour qui est aussi fatigant que le voyage aller, un autre weekend d’enseignement nous attend. Une réunion foisonnante avec les étudiants a lieu. Enfin, dans une rencontre entre le Ministre pour la Médicine Traditionnelle nous pouvons obtenir une autorisation pour nos planifications. Il prolongerait avec nous les projets de formation à La Paz et San Borja en automne pour trois ans.  

Nous rentrons à la maison avec de la bonne humeur sur nos succès.    

Anja Kraus et Birgit Lehmann

Soutenez-nous !!

Chaque donation aide !

Donner

Information sur le pays

La surface:

                            1 098 581 km2

Le nombre d’habitants:

10 millions

La densité de population:

9,7 habitants/ km2

Langue officielle :

Espagnol et 36 langues indigènes

Espérance de vie des femmes:

67 ans

Espérances de vie des hommes :

64 ans