La première phase de la planification du projet dans la forêt tropicale amazonienne

Après l’organisation HOG avait reçu une invitation de deux communes les « Comunidades », nous (les collaborateurs d’HOG) sommes voyagées dans la forêt tropicale en Août 2012.…  

pour faire un premier voyage de reconnaissance et pour faire une présentation sur l’homéopathie au peuple Achuar et Shuar qui vivent là-bas. Nous voulions aussi nous faire une image de notre futur projet de formation comme souhaité.

Pendant notre cours d’initiation dans l’homéopathie, nous constations un grand intérêt. Nous avion eu la chance de faire la connaissance avec la culture médicale indigène et nous étions très impressionnées de leur savoir-faire de la botanique ainsi que de la richesse des plantes médicinales dans la forêt tropicale.

Pendant quelques excursions nous pouvions nous convaincre de la diversité que la forêt tropicale offre. C’est une vraie forêt primaire dans cette région qui a dépassé la période glaciaire en état sauvage. Il était surtout impressionné de voir les différentes plantes qui sont extrêmement toxique et ce qu’on a besoin pour le traitement des blessures. Aussi le «dragonnier» qui sécrète un jus rouge sombre goutte à goutte de l’entaille avec la machette. Cette plante appartient aux médecines importantes de blessure et est connue par tout le monde.

Cependant les gens du pays se plaignent des diagnoses de maladies plus complexes de qu’ils n’étaient plus en mesure de les traiter avec succès. Ils se plaignent aussi d’oublier constamment la culture médicale qu’on ne transmit plus que très superficiellement. C’est pourquoi ils nous demandaient de supporter et d’améliorer les mesures thérapeutiques ainsi que le réseau sanitaire dans leurs «Comunidades». Avec ça, ils accéderaient aussi à l’indépendance.

À cette occasion, l’homéopathie pourrait être un élément important chez le peuple Achuar et Shuar et la formation de base voudrait dire une première étape pour beaucoup de participants intéressés dans ce réseau.

À cause de la situation géographique, du réseau routier manquant, des conditions climatiques et de la recherche du lieu approprié qui est accessible pour la plupart des personnes intéresses, il nous faudrait effectuer une planification précise et un travail préliminaire du projet futur ce qui exigerait beaucoup de travail.

Les gens du pays refusent un réseau routier qui fonctionne bien parce qu’ils veulent se préserver de l’intrusion croissante des influences étrangères dans la forêt.

(L’exploitation des ressources naturelles par des grandes entreprises et la destruction de la forêt tropicale et aussi de la culture indigène.)

Il y a un autre challenge parce que les participantes futures ont une différente préformation dans l’homéopathie. Il y a de l’intérêt chez les indigènes dans la forêt tropicale (avec et sans formation médicale) et également chez le personnel de l’hôpital du haut plateau équatorien.

Heureusement, il s’agit d’un hôpital qui s’oriente à la médecine douce; à tel point qu’il est tout à fait possible de faire un échange du savoir-faire dans la médecine douce entre les deux groupes participants et de établir des autres réseaux.

Il faut élaborer bien sûr un programme scolaire sur mesure pour cette situation particulière qui sera équitable aux différentes conditions des étudiants autant que possible. Ce n’est pas un facile projet mais heureusement, nous pouvons avoir recours aux expériences des projets de façon similaire.

Le soutien des gens qui vivent là-bas dans l’intérêt d’une santé publique indépendante et serait non seulement une aide par l’auto-assistance dans l’homéopathie, mais aussi un renforcement pour leur propre savoir-faire culturel ainsi qu’un renforcement des réels protecteurs de la forêt tropicale.

Nous prions de noter que nous avons remplacé les belles photos de ces gens-là par des autres images de la forêt tropicale pour garantir la protection et la sécurité de la population indigène.

Marion Böhm et Christine Lauterbach

Les interlocutrices

Soutenez-nous !!

Chaque donation aide !

Donner

Ecuador Info

Fläche 283.561 km²

Einwohner 15 Mio

Bevölkerungsdichte 55 Einwohner/km²

Amtssprache Spanisch