Avril 2011

Kwale

Kenya attend la pluie et la chaleur oppressante sur Lamu donne à espérer qu´elle va bientôt tomber.

C´est pour nous une bénédiction que la route prise pour atteindre Mombasa ,9h, en partie non macadamisée ne soit pas envahie par l´eau.

Margit, Katrin et moi, voyageons pour HOG, Helmut qui nous accompagne pour „Solidarität eine Welt Schwabmünchen“ qui soutient „CBO Lamu Homeopathy“,notre partenaire, dans tout ce qui est  local tel que bureau , cabinet, bibliothèque etc...

A peine arrivé, Mama Nanzo, une sage-femme, nous rend visite dans notre pension car elle a entendu dire que Katrin, sage-femme, est avec moi. Elle nous amène aux portes de la ville voir une femme  prête à accoucher. Après un court examen du ventre , un entretien entre spécialistes se déroule ,dans lequel la langue accompagnée de moult gestuelle est relayée à un plan secondaire: Mama Nanzo parle swahili, Katrin l´anglais ,elles se comprennent cependant sans mots.

Nous voilà déjà en pleine action et devons toutefois nous habituer au ralentissement. Bien que tout les apprenants savent qu´il va y avoir cette fois le 1er diplôme de la formation de base, ils arrivent cependant en trainant ou pas du tout, chose qui est pour nous allemandes difficile à comprendre.Pole, pole, „doucement“ est la devise. Margit et moi, nous nous en rappelons bien  et à la fin du voyage Katrin l´aura remarqué aussi.

À partir du 2ème et 3ème jour, la tension commence à monter chez nos apprenants. Ils écrivent et dessinent les mindmaps du tableau que Katrin crée alors que Margit et moi répétons ce qui doit être su pour l´examen.

Le jour de l´examen, la tension est perceptible dans le silence. Nous donnons les questions pour l´écrit. Pour l´oral qui suit, nous nous concertons au sujet des réponses données et continuons à poser d´autres questions. Tous les 14 élèves réussissent.

Motivés par leur succès, elles convoquent les membres de la „CBO community based organisation Homeopathy Lamu“ où des postes importants vont de nouveau être élus.  Nous sommes priées d´organiser le lendemain une fête pour un public plus large en conviant des invités d´honneur. Nous fixons la limite des coûts et nous demandons comment nous allons bien pouvoir contacter les invités d´honneur jusqu´à demain matin.

Nous avons fait confiance à la vie et le lendemain étions surpris de réaliser que les invités étaient présent à notre table alors même que nous étions encore en train de dresser l´ordre du jour...Un apprenant s´en va l´imprimer et la fête officielle démarre avec une prière. Les invités sont appelés un par un, nous parlons, faisons des compliments et remettons aux les élèves les diplômes.

Un gros succès pour „notre“ petit“ CBO Lamu Homeopathy. 

Francis, un de nos élèves et chef de la santé publique de Kiunga, nous met en contact avec Mr. Amos de „ African Medical & Research Foundation“. Mr Amos montre beaucoup d' intérêt pour l' homeopathie et nous invite à travailler avec AMREF dans leurs cliniques itinérantes. Voilà donc un premier fil lancé dans la toile.

Ce qui également nous motive et nous réjouit est le grand intérêt des sages-femmes qui est resté intact. Elles arrivent en grand nombre et toujours à l' heure à la supervision, elles amènent avec elles de nouveaux intéressés. Il y a un véritable besoin d' échange avec Katrin vu qu'elle est sage-femme.

Nous développons des projets communs pour la suite vu que il n' y a plus que Aisha qui peut participer au cours de base. Elle est la seule sage-femme pouvant lire et écrire l' anglais. Ceci étant la condition pour suivre le 2ème cours de base puisque nous allons travailler avec la Materia Medica en anglais de Phatak et avec le re?pertoire également en anglais.

À notre traductrice Amina, nous laissons le modèle en allemand pour l' attaque du répertoire par symboles. Cela va être une base très importante de travail pour les sages- femmes à partir de laquelle nous allons travailler ensemble.

Kenya attend toujours la pluie.

Il nous faut 1 heure et demie en hors-bord et 45 mn en Rover de WWF avec 2 milices qui nous accompagnent jusqu'à Kiunga. Le village est situé a? 17 km de la frontière somalienne. C' est là que travaille Francis et nous voulons nous rendre compte si l' homéopathie s 'est acheminée dans cette région retirée.

L 'accueil est chaleureux, la cuisine est bonne. Très rapidement, on nous fait part d'  un traitement homéopathique réussi. Une femme ayant eu de fortes pertes de sang aprés l 'accouchement a été soignée avec „Sépia“ aprés avoir eu un vain séjour à l 'hôpital de Mombasa.

Le jour suivant, nous faisons un tour avec Francis et nous sommes étonnés de voir combien de „Chiefs“ et „Minister“ un si petit village peut avoir. Partout, on nous serre la main en nous souhaitant bonne chance et continuation. Le dispensaire sommairement équipe? de la région est une bâtisse relativement grande. Il y a 4 employés dont un seulement est de garde. Ici les gens sont traités et conseillés et les femmes peuvent venir avec leur sage- femme pour accoucher car ici au moins, il y a de l 'eau.

Dehors circule un container d 'eau de l 'armée. Les femmes et enfants y viennent chercher de l 'eau dans des bidons en plastique jaune lumineux.

Kenya attend la pluie.

Enfin, sur notre retour en hors-bord, nous apercevons des nuages noirs nous montrant qu 'il pleut sur la terre ferme. En arrière plan un arc en ciel.

Nous reviendrons certainement à Lamu.

Le dernier fil à tisser est à Kwale. Nous y allons pour envisager les possibilités d 'une coopération future.

Marie-Louise Magré est l 'initiatrice et directrice de l 'école homéopathique hollandaise de Kwale. Entre-temps, elle a fait passer le diplôme de la „ faculty of homeopathy UK“ à 16 élèves sur une période d 'enseignement de 3 années à raison de huit heures de cours par jour.  Cela correspond à un haut niveau d 'enseignement européen. Mary la professeur principale kenyane enseigne aujourd'hui „Nux vomica „. Tout en nous regardant, elle essaye de faire comprendre à ses élèves ce qu 'est un bourreau de travail en mal de traitement. Ensemble nous éclatons de rire.

Nous voulons également intégrer Francis dans la toile keniane de l 'homéopathie, il arrive le jour de notre départ juste à temps pour participer à un entretien avec Marie et Mary.

La pluie a reverdi, rendu fertile le Kenya, nous emportons avec nous la chaleur du pays et de ses habitants. Une raison de plus d 'y revenir.

Janina Huppertz 

Soutenez-nous !!

Chaque donation aide !

Donner

Beaucoup de petites gens, dans beaucoup de petits lieux, qui font beaucoup de petites choses, peuvent changer la face du monde.(Afrique du Nord)