Rapport janvier 2011

Kenya nous reçoit avec une chaleur de 37° à l´ombre. Pour ma collègue Antje Behr et moi, habituées au froid hivernal européen, ça a été au début un certain choc. 

Heureusement pour nous, le cours et le cabinet se trouvent derrière des murs épais et il y a deux ventilateurs. Nous nous habituons rapidement et commençons le cours par „ les infections des voies respiratoires supérieures „ avec diverses formes de toux. Le groupe accueille le thème avec enthousiasme, car ici également en ce moment la grippe sévit

Le 2ème thème central du cours est la préparation des remèdes homéopathique dans la pratique. Cela signifie malaxer pendant 3h une substance dans le mortier selon les règles qu´Hahnemann a données il y a 20 ans. Dans notre cours ,nous avons des élèves qui pratiquent déjà dans le domaine médical. A titre d´exemple, les sages-femmes ainsi que les herboristes  ont évidemment une affinité particulière pour les plantes, les minéraux et les substances à base d´animaux. Le malaxage nous permet de montrer la différence entre l´approche phytothérapie et celle de l´homéopathie et par là même approfondir sa philosophie. Cette démarche un peu aride s´achemine en fait assez joyeusement et assidue. A la fin, un participant note la date et promet de fêter ce malaxage chaque année, ce sera  le jour „Cultural Homeopathic Day“! Nous choisissons comme matériel de base du malaxage un peu d´encre séchée d´une pieuvre spécialement pêchée pour cet effet. Nous n´avons naturellement pas gaspillé le reste de la pieuvre mais cuisiné et savouré.

L´après midi, nous donnons des consultations dans le cabinet. Les élèves mettent en pratique les acquis et suivent attentivement le début du traitement. L´approche du remède avec les patients s´avère pour eux particulièrement motivante. L´idéal pour nous tous est les suivis réussis qui ont été donnés par des collègues ici  ou les cas aigus que nous rencontrons de nouveau au bout de quelques jours.

Par ex. une fille de 8 ans ayant eu il y a 3 ans une otite aiguë??. Elle fut traitée de manière conventionnelle, mais depuis elle se plaignait d´un écoulement des oreilles tellement nauséabond que personne à l´école ne voulait s´asseoir à côté d´elle. Après la prise de Mercurius dulcis 30 CH , l´écoulement s´arrêta.

Néanmoins, tous les cas ne se résolvent pas aussi rapidement de manière satisfaisante. Un grand nombre de patients ayant des maladies chroniques nécessite un traitement plus long et un suivi plus intensif. De là l´importance que nos élèves soient le plus rapidement en passe de prendre en charge le traitement des patients. Au début, les technologies modernes des médias pourraient être un support:  les débuts de traitement stockés dans nos programmes de traitement auxquels  élèves et enseignants  auraient simultanément accès. Par les mails et même Skype, la possibilités de discuter de traitements à venir. C´est toutefois un projet qui n´est pas réalisable immédiatement, mais prévisible dans un avenir proche.

Nous interviewons par la suite les élèves afin de contrôler leur travail. Ce fut une tâche qui nous a donné beaucoup de plaisir. Parmi les thèmes. Il y a avait l´organisation d´un cours, son contenu, la mise en pratique,le matériel d´enseignement, la mise en pratique des acquis et les projets pour l´avenir.

Tout cela  avec un grand nombre de suggestion et régulièrement, ils nous disaient: „Revenez! Et restez plus longtemps, car il y a encore beaucoup à faire!“

Martina Günther

Soutenez-nous !!

Chaque donation aide !

Donner

Il faut sortir de chez soi pour apprendre